Dernière actualité

et si nous pouvions pedser sur l'accord sectoriel 2021-2022

Et si nous pouvions nous faire entendre dans les négociations du prochain accord sectoriel ( le 1/4/2021)

Accord sectoriel.  Nos revendications

Voici une série de revendications déjà exptrimées.

N'hésitez pas à nous part de vos propositions, remarques ou cris sur ghislain.maron@gmail.com 

  • Enseignement fondamental

 

  1. Augmenter l’aide aux directions de l’enseignement fondamental, arriver à un temps plein pour 300 élèves ;
  2. Attribuer aux écoles de la Région de Bruxelles-Capitale et aux communes à statut spécifique en Région Wallonne un capital-périodes complémentaire pour leur permettre de faire face à leurs obligations en matière linguistique ;
  3. La fonction de direction est actuellement peu attractive, notamment sur le plan pécuniaire. Les barèmes liés à cette importante fonction devraient bénéficier d’un différentiel de salaire brut constant, à ancienneté égale, de 25% par rapport au barème du TR pour une fonction de recrutement ;
  4. Permettre un réel aménagement des fins de carrière des directeurs, que ce soit en leur permettant de partir en DPPR temps plein à 75% sans condition ou en leur permettant de partir en DPPR mi-temps en étant remplacé par un sous-directeur mi-temps (poste à créer dans le fondamental) ; faire reconnaitre leur métier comme un métier pénible ;
  5. Comme dans les écoles en création, permettre l’engagement d’un nouveau directeur 3 à 6 mois avant le départ de son prédécesseur pour faciliter la transition ;
  6. Créer un statut spécifique de conseiller pédagogique afin de stabiliser les équipes en place de manière durable ;
  7. Prévoir des moyens supplémentaires pour la mise en place des aménagements raisonnables ;
  8. Attribuer un seul interlocuteur FLT par école et plus le système alphabétique actuel ;
 

Salon 2016 - M. Héraly

Colloque du CEF : leadership pédagogique

Colloque du CEF : leadership pédagogique

L’AIDE participait au colloque du CEF sur
le leadership pédagogique, mission essentielle de la direction d’école fondamentale.

 Plus de 500 directions d’écoles fondamentales étaient réunies à Anderlecht.

En fin de colloque, il nous appartenait de souligner la convergence des différents intervenants, Étienne Denoel de McKinsey, Bernard Hugonnier de l’OCDE, Monica Gather Thurler Université de Genève, Geert Devos de l’université de Gent, ou Joël Rich de l’université de Bordeaux II
qui évoquèrent scientifiquement ce que nous disons depuis longtemps.

 Nous avons noté :

  •  La complexification  des responsabilités des directions de par les changements dans la société (familles, médias, intervenants sociaux et judiciaires, politiques et administration, enseignants…)

  • Le bien moindre financement de l’enseignement fondamental par rapport au secondaire

  • Le besoin d’améliorer nos performances PISA 40 points Pisa d’écart avec la Communauté flamande ( + 40 points PISA = +0,9% de croissance annuelle du PIB => hausse de productivité et hausse du taux d’emploi)

  • Le rôle fondamental des directions d’école, au cœur des enjeux de société

  • L’importance de mise en place d’équipes de direction de qualité ce qui entraîne : compétences pédagogiques et de coaching d’adultes, sélection stricte et rémunération attractive, priorité du rôle pédagogique plutôt qu’administratif.

  • L’impact direct des directions d’école sur différents facteurs clés du succès

  • Les difficultés actuelles des directions de par le temps consacré à l’administratif.
    A la question « quel pourcentage de votre temps consacrez-vous à l’amélioration des pratiques pédagogiques de vos enseignants,
    plus de 30% :  1% des directions, et 55%  entre 10 et 20% de leur temps.
    Or les meilleurs systèmes sont ceux où les directions consacrent  plus de 40% de leur temps à améliorer les pratiques pédagogiques, 30% à animer les changements pour améliorer les résultats et moins 30% aux tâches administratives.

  • Le support administratif, éducatif et social aux directions du fondamental reste très inférieur à celui en vigueur dans le secondaire.

  • Le salaire des directions du fondamental est peu attractif par rapport à celui des enseignants, à fortiori par rapport aux enseignants avec un master.

Il est dommage que notre ministre Marie-Dominique Simonet dût quitter le colloque dès la fin de son mot d’introduction.
Mais gageons que le CEF pourra transmettre aux décideurs ces constats et propositions dont plusieurs ne réclament pas d’augmentation budgétaire, mais des bascules de priorité vers un système d’enseignement plus performant avec un soutien accru aux directions d’écoles fondamentales.

Le contexte de crise économique pourrait inciter nos gouvernants à proposer un vrai changement de cap systémique et pensé plutôt que de se replier frileusement sur des mesurettes.

Vous pourrez lire en annexe la version plus complète et ajustée après le colloque  de Mc Kinsey,  que son auteur Etienne Denoël nous autorise à publier pour l’AIDE.

 McKinsey.pdf

Ghislain MARON

Président

Rejoignez-nous !